Red Dead Redemption 2 pour les nuls

 470 

Alors ! Red Dead Redemption 2 c’est quoi ? Pour les non-initiés, c’est juste une bande de gros débiles qui chevauchent l’ouest sauvage à dos de cheval. Pour les adeptes, c’est une bande de cow-boys qui ont la classe et qui dégomment tout ce qui bouge. Bon, je dis cow-boys, mais sans les vaches. Il ne faut pas déconner non plus, les vaches ça puent et c’est lent ! C’est tout de même plus marrant d’aller braquer des banques. Et si vous voulez des vaches, vous en trouverez dans l’espace avec le jeu Space Cow, c’est plus logique d’élever du bétail en apesanteur que dans une ferme !

Vous avez dit huit ans ?

Mais alors, est-ce que le bébé de Rockstar en vaut vraiment le détour ? Rappelons que le développeur aura mis huit ans à le pondre. La plus longue gestation connue à ce jour chez les vertébrés : le requin-lézard ne met que 3 ans et demi avant de donner naissance à son rejeton. Et lui au moins est prêt à en découdre à sa sortie. Tandis qu’avec Red Dead, on doit encore se taper les mises à jour.

Une histoire de cow-boys

Bon, revenons à notre héros du Far West. Car pour bien capter l’essence du jeu, on a le droit à une histoire pleine de rebondissements. Mais on ne rebondit pas si haut, car au final la conclusion est prévisible… à l’instar du premier opus. Ça n’empêche qu’on se marre bien dans cette histoire ! C’est vrai quoi ! Entre les cuites monumentales dans les saloons – qui finissent toujours en baston générale -, des personnages hauts en couleur et des missions variées et dépaysantes, il y a de quoi faire. Les heures de jeux sont vraiment nombreuses, surtout si on veut farm le tout à 100%. Faut-il encore aimer chasser et pêcher, des taches barbantes que j’ai vite zappé. Non… Moi j’ai préféré cramer les membres du Ku Klux Klan, traîner des salauds derrière mon cheval lancé au galop ou encore ligoter des pauvres bougres et les balancer sur les rails pour qu’ils se fassent écraser par le train. Violent ce jeu ? Non, je n’ai pas trouvé. D’ailleurs, si certains se sont crus dans GTA en écrasant des innocents dans la vraie vie avec une voiture lancée à tout rompre, ce sera plus difficile de reproduire ça avec un cheval ! Red Dead à cheval c’est un sport encore plus dangereux qu’IRL. Notamment avec tous ces textes assommants à lire et qui nous font nous prendre des arbres en pleine tronche ou tomber dans des ravins.

Une histoire d’argent

Après l’histoire, place au mode en ligne. C’est là que Rockstar se fait son beurre. Car au départ, on débute l’aventure avec un cheval miteux, à deux doigts de crever et les poches vides. On incarne un personnage complètement débile et incapable de parler. On découvre ensuite que pour réellement s’amuser, faut payer. Ceci afin de débloquer des éléments essentiels du jeu, comme être chasseur de prime ou fabriquer sa gnole à l’image de la série Moonshiners : vous savez, cette bande de consanguins qui fabrique du whisky de contrebande dans la forêt ? Si, comme moi, vous n’avez pas d’amis, il faut donc farm, farm et farm encore les mêmes missions pour enfin y parvenir et, une fois fait, si vous n’êtes pas dégoûtés, vous pourrez vivre les aventures proposées. Les autres, il ne vous restera plus qu’à attacher des PNJ sur les voies du train, ça vous occupera un certain temps. Mais c’est ça la magie de Rockstar. C’est le cordon ombilical qui lie l’éditeur aux joueurs. Être un cow-boy ça a donc un prix !

Une histoire de bugs

Et tout ça… C’est si le jeu veut bien se lancer. Mais Red Dead ne serait pas ce qu’il est sans ses nombreux freezes, crashs et bugs. Après tout, quoi de plus normal qu’un cheval qui pop devant vous sans prévenir. Un bug parmi tant d’autres, mais qui fait tout de même sourire. Sourire jaune, quand on sait que de nombreux bugs du premier opus ou même de GTA5 sont encore et toujours présents dans ce nouveau titre. On ne se foule pas tant que ça chez Rockstar. En même temps, avec déjà plus de 27 millions d’exemplaires vendus, pourquoi feraient-ils autrement ?

Bon, d’accord, je suis sévère, car Red Dead reste un pur bon jeu comme on les aime. Avec ses qualités et ses défauts. Mais moi, je l’ai aimé, surtout le mode histoire. Et, il faut l’avouer, le rendu graphique est beau ! Magnifique même ! Pour conclure, si on veut vivre la folle aventure de l’ouest comme jamais, on peut toujours élever des vaches dans le mode RP !

Add Comment